Retour sur Terminator Renaissance

Publié le par TerSylcator

Difficile de revenir sur ce que disait Karvak il y a de cela quelques jours au sujet de nos chers cyborgs, alors je me contenterais simplement de préciser ma pensée sur le sujet qui n'est pas bien éloignée de celle de mon camarade, bien que j'en soit apparemment moins déçu.

Se pose alors évidemment la question de l'a priori lorsque vos pas entrent dans le cinéma. Ayant lu la critique de Karvak, je m'attendais à une bouse, enfin pas un truc pourris, mais quelque chose qui me dirait que j'aurais mieux fait de matter Joséphine Ange Gardien devant un bon plat de tripes.

J'étais tout d'abord agréablement surpris de constaté que McG, contrairement à ce à quoi je m'étais attendu lorsque Karvak avait posté la bande annonce sur le blog, a changé ses choix de montage. En effet, plutôt que de préférer un montage violent, saccadé, voir épileptique et complètement assujettis à une musique omniprésente, on a plus souvent droit à des ambiances immersives provoqué par une caméra intégré à l'action, donnant presque parfois l'impression d'un reportage de guerre.

En parlant de guerre, le choix esthétique qui transpirent des costumes et des décombres fait largement penser à notre seconde guerre mondiale (quand même mâtiné de Mad Max), ce qui renforce la crédibilité visuel.

Le visuel justement. A de très rares instants certains décors sentent le studio, mais dans la grande majorité du film, l'ensemble de la mise en scène et des FX sont parfaitement crédibles... pour de l'image virtuel. Il n'est toujours pas venu le temps ou l'on confondra un FX avec un élément réel, même si on s'en approche de plus en plus. Comparé à un animatronic réussit, le virtuel ne fait toujours pas le poids, et ce n'est pas Gouvernator qui me dira le contraire.

 

Pour parler des acteurs, j'ai été très surpris par Sam Worthington, qui, étrangement pour ce genre de film, est étonnement convaincant hors des scènes d'actions. On a quelques belles petites pointes de jeu d'acteur noyé dans un flot d'explosions en tout genre. Pour ce qui est de Christian Bale, il est encore malheureusement abonné au visage fermé et au jeu monolithique qu'on lui connaît, ce qui ne manque quand même pas d'efficacité. Le reste de la distribution, a quelques exceptions, ne sort franchement pas du lot et certains personnages semblent même posé là seulement pour justifier certaines scènes, sans savoir débrouillé si c'est l'acteur qui n'incarne pas efficacement le personnage ou si c'est le personnage qui semble mal intégré (notons la disparition de Charlotte Gainsbourg du rôle de Kate Connors pour des question de planning, au profit pas très heureux de Bryce Dallas Howard, fille du Ron du même nom), cela ressemble plutôt à une distribution de série TV qu'à un gros blockbuster.

Maintenant, c'est un excellent film pop-corn, quasiment que de l'action, plutôt bien menée avec des références intéressante aux films précédents et quelques bonnes idées, alors qu'est ce qui lui manque.

En grand fan de la série (j'ai même bien aimé le trois, c'est pour dire), les éléments essentielles qui font grandement défaut, c'est l'originalité de la mécanique scénaristique. A l'exception de la partie du Trois qui reprend trait pour trait celle du deux (cf la poursuite en voiture, le passage au cimetière... bon ok, bien la moitié du film), les autres s'articulent sur deux éléments essentielles. Des gens fuyant une mort mécanisée implacable essayant de changer leur futur. Dans le premier et le deuxième c'est ce qui permet d'amener à chaque fois les personnages de manière assez crédible dans des endroits ou des situations qui ne sont pas téléphonées.

Rappelez vous votre première vision de chacun de ces films (à part la moitié du trois, je sais!), a quel moment vous attendiez vous à la scène suivante.

Ici, changement radicale. Est-ce la guerre des machines qui a grippé la mécanique dramatique, mais on est jamais surpris par aucune des séquences, aussi bonnes fussent elles, en grande parties parce que l'on vous les vends avant qu'elles n'arrivent (à part peut être la première rencontre de Marcus avec une charogne de T600).

Donc oui, le scénario est totalement téléphoné, voir accuse parfois de véritables faiblesses dans les transitions. On sent que certaines situations incongrues sont "posées" pour justifier l'arrivée de la séquence suivante.

La seule véritable trouvaille de cet opus, à part quelques scènes d'actions pas piqués des hannetons, je n'ai aucune honte à vous le vendre parce qu'on est malheureusement mis au parfum dans les premières minutes du film. (mais pourquoi ils ont foutu cette séquence ici, c'est à se demander...).

Pour la première fois le personnage principale, celui auquel on s'identifie le plus, est le terminator, et bien au delà de ce qu'avait pus amorcer le deuxième opus dans la tentative d'empathie avec la machine, pour ceux qui ont eut la chance de le voir en version longue. Dans le quatrième, on ne pouvait pas rendre plus d'humanité à un terminator. On se retrouve dans une parenthèse morbide, un purgatoire infernale entre les deux vies qu'affronte Marcus, ce qui laisse un espoir si le côté dramatique des deux suites si l'on va crescendo.

Cela dit, comme le disait Karvak, à l'opposé on approche jamais la cruauté, la violence et la froideur des précédentes représentations de ces machines.

Maintenant seul l'avenir nous le dira, mais Christian Bale est en tout cas dans la distribution des deux prochains, et McG sera le réalisateur au moins du suivant.

Alors maintenant, si vous n'avez pas vu le film, arrêtez-vous ici, parce que je vais parler des choses qui me turlupine (non, ce n'est pas une position du kamasutra), et en vrac en plus.

 

 

On m'explique pourquoi le terminator le plus complexe et le plus évolué est finalement créé avant les autres (merci Tartagueule)?

On m'explique pourquoi un terminator qu'est super lourd a porter à bout de bras nage comme un poisson?

On m'explique pourquoi la résistance n'a pas de chiens (merci encore Tartagueule)?

On m'explique pourquoi ils se posent pas la question de "pourquoi il a jamais faim ce type aux nerfs d'aciers"?

On m'explique pourquoi on peut faire croire que, comme dans un jeu vidéo il suffit de trouver un cœur par terre pour ne pas mourir?

On m'explique pourquoi les automatiques américaines sont si simples à conduire, même après 10 ans sans payer le parcmètre?

On m'explique pourquoi on peut démarrer un terminator avec des cosses à batterie comme ma 2 Chevaux (aprés Skynet, Trotinet)?

On m'explique pourquoi je les sens capable de faire de la femme aux cheveux blancs une mamie Sarah Connor dans un prochain épisode (en tout cas s'ils abandonnent une partie du 3, ce qu'il ont déjà fait pour la série « Sarah Connor Chronicles » apparemment)?

On m'explique pourquoi je suis capable d'écrire des conneries pareilles toute la nuit?

On m'explique pourquoi Marcus risque de réapparaître, simplement parce que le corps amoché qu'il lie à la machine n'est peut être pas celui qui se réveille tout propre pour la pitoyable scène de "révélations"?

On m'explique pourquoi un coyote de trois jours ne serait pas meilleur qu'un coyote de deux?

On m'explique pourquoi on nous prend assez pour des cons pour nous coller un savant fou dans l'histoire?

On m'explique pourquoi ils ont pas trouvés une peau de bête pour dormir au coin du feu... à découvert... pendant la nuit... ou les terminators chassent mieux grâce à la chaleur?

On m'explique pourquoi ils n'ont pas de flingues laser dans la guerre contre les machines comme on le vois dans les 2 premiers?

On m'explique pourquoi une Mototerminator à un guidon et probablement des freins et des vitesses qu'un homme pourrait commander?

On m'explique pourquoi Sam Worthington se prend pour Steve MacQueen?

On m'explique pourquoi Michael Ironside ne sera toujours que Michael Ironside (en même temps j'adore)?

On m'explique pourquoi on aurait besoin d'un oeil de terminator pour piloter des terminaux que les terminators ne pilote pas (parce que c'est pas eux qui commandent)?

On m'explique pourquoi Christian Bale a une rangée de dents si bizarre?

On m'explique pourquoi les terminators peuvent grimper sur des motos sans que le moteur frotte par terre?

On m'explique pourquoi on ne vend plus les films que par paquet de trois (dans la grande distribution ça fait au moins baisser les prix...)?

On m'explique pourquoi madame kate Connor à l'air plus jeune que dix ans plus tôt dans le trois?

On m'explique pourquoi j'ai écrit des conneries pareilles toute la nuit?

POURQUOI!!!!!

 

Publié dans Critiques

Commenter cet article

Furax 02/07/2009 21:18

PARCEQUE !!!!!!!!!!!!!!!!!!

(ça répond au POURQUOI de Sylvain ....)

Waltos 28/06/2009 21:22

Vous êtes des spécialistes de la torture mentale les mecs, c est la deuxième punition après le retour du ciné.
Une fois de plus c est la surenchère sans scenar, un divertissement sans saveur qui se termine toujours de la même façon, on sais le gout que ça a, mais on y retourne quand même.
Oui au futur apocalyptique avec le stress de l'infiltration par les T800 des personnages torturés qui vivent comme de vrais résistants et tout le reste, et non a la caricature du GI 2018, y ont vraiment l air de cons dans leurs sou marin.
j ai bien aimer les on m explique en tous les cas, ça ma bien fait rire.
A+

Sylc 27/06/2009 00:05

Ben pour moi, pour faire simple, dans l'idée, skynet est obligatoirement au courant de l'existence des précédents terminators, donc des cibles des dit terminators. Je pense que tout dépend de la conception du temps que l'on a dans le film. Meme si ce n'est pas ma conception du temps et que je trouve ca foireux, ils partent du principe qu'il y a chaque fois une nouvelle version du temps.
En gros, le 1er john Connor qui envoi Kyle Reese dans le passé n'est pas son père, mais le devient dans la nouvelle version du futur, changeant également la vitesse de d'invention de skynet par l'arrivée des éléments résiduels du terminator, ce qui a le mérite de changer le fait de "ne pas avoir d'information visuel sur sarah connor", qui oblige le terminator a frapper aux portes. Ensuite dans le 2, ils arrivent a repousser le jugement dernier, amenant skynet à avoir une encore plus grande période d'adaptation et de prise d'information, et il prend le controle du net dans le trois. Les infos informatiques des évènements pris par les divers photos de police et les divers évènements peuvent paraître facilement interprétable par un skynet en puissance. De ce principe, skynet alimente ses propres informations à rebours, et comme on a éliminer depuis longtemps l'éventualité d'un paradoxe, il n'y a plus de soucis. Même si Kyle Reese n'est pas envoyé dans le passé, dans leur conception du temps, ça n'influerait plus sur eux. Je trouve ça plutôt béta et ça perd grandement de l'intéret du voyage dans le temps, mais aux vus de certaines interviews sur la conception temporel, c'est bien leur vision de la chose.
Mais c'est complètement incompréhensible ce que je viens de dire.
++

Karvak 26/06/2009 22:53

Moi ce qui me choque c'est plutôt comment Skynet connais Kyle Reese?
Et pourquoi elle en veut a John au point de le mettre numéro 1 sur sa liste de cible?
Ba woui c'est vrai quoi. Skynet n'a absolument pas a ce moment de la chronologie de l'histoire des films la moindre idée de l'importance que peut avoir John pour la résistance. Qu'elle lui en veuille parcequ'il parle sur les ondes et donne des conseils aux survivants ça ce comprend mais de là a le faire passer n°1 avant les "dirigeants" c'est bizzare quand même...
Que Skynet survive aprés le retour sur terre de Kyle et puisse renvoyer quelques terminator dans le passé, pourquoi pas, aprés tout c'est Reese qui dit que la resistance a gagné, mais nous n'en somme pas sûr...
Par contre que Skynet ai accés à ces infos au moment où ce passe T4 me semble impossible.