A Nighmare on Elm Street, Freddy's remake

Publié le par Sylc

Au cas ou les images d'il y a deux semaines ne vous aurez pas suffit, voici donc la bande annonce.


Michael Bay est encore passé à la vidéothèque on dirait.... Doit on s'attendre à ena voir neuf épisodes aussi...
Vous ne dormirez plus tranquille après le 30 mai 2010

Publié dans News Diverses

Commenter cet article

Karvak 12/10/2009 22:03


Je saisi bien ton propo et même j'y adhére. Presque à 100% même. Dingue non?
Le truc, c'est juste que pour moi ce qui compte dans un film c'est l'histoire et la façon de la montrer. Bon aprés si les acteurs jouent mal ça plombe ont est d'accord. Alors si on me refait une
bonne histoire avec les bon moyens, et je veux pas dire que financier et bien c'est cool.
Après le gros intérêt du remake c'est qu'il nous donne des images toutes belles comme support de notre mémoire de l'original.
Pour la petite histoire, et bien que ce ne soit pas a proprement parlé un remake, (et encore...) quand j'ai revu Star Wars Episode IV juste aprés le III, il y a des moments où je me suis dit que ma
mémoire s'était bien foutu de ma gueule et qu'il fallait vraiment que j'y réfléchisse à deux fois avant de soutenir à ma femme que des trucs datant de l'année dernière ne s'étaient pas passé comme
elle le disais...


Sylc 12/10/2009 16:49


Donc non ce n'est pas mal, c'est juste mal de les foirer et d'oublier ce qu'ils étaient.


Karvak 11/10/2009 21:26


Encore un nouveau support à la reflexion du "Est-ce mal de faire des remakes?"
Ba en fait, ma position sur le sujet, a quelque peut évolué récement. Maintenant, je sais, que je vais en faire hurler certains, mais je pense que le remake permet de donner envie de voir une
oeuvre qu'on n'aurait pas, ou plus, vu autrement. Je m'explique. La plupart des films que j'ai aimé étant plus jeune, disons, il y a entre 15 et 20 ans, je serait bien incapable de les revoir
aujourd'hui. A quelques excéptions pret évidement. Alors, si j'en aimait certains parceque j'étais moins délicat, ou plus "neuneu", il n'en reste pas moins que certains font tellement carton pates
à la relecture qu'il faut mieux en garder le souvenir tout beau lisser par la mémoire et le temps. Mais qu'on ne me fasse pas croire qu'un jeune d'aujourd'hui puisse y être aussi sensible que je ne
l'avais été à l'époque. Pas que les jeunes soit moins sensible aujourd'hui, mais parceque le visuel va franchement rebuter. Le remake, quand il est bien fait, on ne parle pas de Hitcher, a cette
intéret transgénérationnel, qui va permettre a un nouveau public d'accéder à la sous culture de la génération d'avant. C'est beau non? Bon ok, c'est pas terrible en terme d'innovation, mais bon,
c'est quand même plus honnéte que de repomper toutes les bonnes idées d'un film en changeant seulement le titre.
Si Sam Raimi devait faire Evil Dead aujourd'hui, est-ce qu'il le ferai avec les mêmes moyen qu'a l'époque? Peut probable. Est-ce que ça changera quelque chose à l'intéret du film? Peut probable
également. Mais ce qui est sur c'est que j'irai le voir et que des "nouveaux" spectateurs vindront aussi. Alors que si c'est la resortie de l'original, et bein y aura que MaToSy et quelques autres
malades pour y aller.
En conclusion, c'est juste dommage que ce ne soit pas les réalisateurs d'origine qui assure les remakes trop content qu'ils sont d'utiliser leur créativité à autre chose, mais franchement, ces
remises au gout du jour, ont pour moi, l'intérêt d'être à mi chemin entre l'hommage et la restauration.


Sylc 12/10/2009 16:48



Je suis partiellement d'accord, mais comme tu citais Hitcher, je ne peux pas ne pas réagir. Le seul soucis dans ton explication ce que Ho! combien rarement on respect l'esprit de ce qui
nous a plus, et le remake n'est plus, en effet, qu'une restauration qui ne fait que lisser l'esthétique et oubli complètement le fond. Il y a évidemment des exceptions, mais elles restent des
exceptions. Hitcher, absolument minable et dont seul les passages encore intéressants étant parfaitement calqué sur l'original (et Sean Bean à côté de Rutger Hower, ce serait un peu
comme mettre Hugh Jackman à côté de Jack Nicholson, y a un sacré fossé dans le jeu barré à franchir). Massacre à la tronçonneuse... et bien, très intéressant, un bon slasher cradingue à
l'étalonnage tiré au maximum, une esthétique hyper marquée et une mécanique de film d'horreur bien galvaudé, c'est à dire, rien à voir avec l'original, avec son esthétique réaliste à la limite du
snuf et son déroulement atypique (pour l'époque). Cette discution pourrait être sans fond, il y a peut être autant d'exemple que de film, seulement, je voudrais tater un peu des concepts plus
complexes. Considérons nous que le cinéma est un art? Si oui, on admet aisément en général pour l'ensemble des arts qu'ils se méritent, que la démarche d'aller chercher l'oeuvre à une importance
pour pouvoir méritais dans profiter. Ne pas être capable d'apprécier une oeuvre, de quel époque soit elle, et que, sous couvert de cette fainéantise et a des fins mercantiles on vous en serve un
faximilé de souvent qualité plus médiocres n'est il finalement pas un constat d'echec du spectateur et non du réalisateur/producteur/scénariste/call girl pour l'acteur? Un peu comme écouter une
symphonie avec un Ipod, ou matter la Joconde ou un tableau du Titien sur un timbre poste. Malheureusement, les remakes en générale repompe tout de l'original, sauf la chose qui a souvent fait son
succés. On met un bon coup de Karcher sur l'idéologie de l'époque qui a vu naître l'oeuvre et qui l'influence très souvent, qui lui donne du piquant, et malheureusement, on ne la remplace pas. On
y met même pas un bout de notre époque, ce qui est souvent l'élément qui nous manque pour réellement apprécié le film. Pour exemple, une des choses qui marche à merveille dans le Remake de
Zombi est déjà, la vision plus speed des maccahbés qui correspond bien à notre société actuel (les gens ne sont plus des moutons, mais des moutons  agressifs gavés aux anabolisants)
mais aussi parce que Snyder confronte notre société nihilliste et égocentrique, une bande totalement décomposée d'individualité incompatible des survivants,  en regard du groupe créé par
Romero, dirigé par un esprit de communauté beaucoup plus marqué dans les années 70 (qui ne les sauve qu'à peine plus d'ailleurs). C'est pour moi un remake réussis. On a une citation parfaitement
évidente de l'original, et on y applique une réelle vision actuel, aussi bien dans l'esthétique que dans l'idéologie.
Bon, je pourrais tenir des heures comme ça, mais pour résumé mon idée, oui un remake me montre de bien belles images d'un film qui lui m'avait montré de bien belles choses.
Mais bon, comme le cinéma n'est pas un art mais une industrie, nous sommes bien loin de ces considérations phylosophiques.
;)



L'Hikikomori 03/10/2009 11:14


Ca a tout l'air d'être prometteur! Dans la lignée des Freddy que l'on connait avec des effets spéciaux en plus °.° J'irai peut être le voir au ciné.


Sylc 04/10/2009 15:49


Dans la lignée... ça dépend le souvenir que l'on en a. Si on parle des deux premiers et du dernier "les griffes de la nuit", "La Revanche de Freddy" et "Freddy Sort de la nuit" ou Craven a essayé
de redonner un peu de crédibilité à son personnage en mélangeant le réel et la fiction (comme dans le premier d'ailleurs), il semble que ce remake face l'impasse sur l'humour un peu foireux qui
jalonne les autres épisodes. Bon en même temps, à part le remake pitoyable de "Hitcher", on ne peut pas trop se plaindre de ce que Bay avait exigé de "Massacre à la tronçonneuse". A voir donc...