District 9

Publié le par MaToSy

- Très bien Sylc, vous êtes prêt pour  cette finale des masters ou vous pourrez gagner la collection complète de l’anthologie du Cucurbitacé en 24 volumes ?

- Euh oui… je peux dire bonjour à ma femme ?

- Non…

- Pourquoi ?!

- Vous l’avez déjà fait…

- Ah ok

- Question cinéma - ça devrait être facile pour vous -  D’abord un indice pour nos téléspectateur.

Présenté par le réalisateur du Seigneur des Anneaux

- C’est bon… vous êtes prêt ?… TOP!!

- Je suis un film de science fiction sortie en 2009. Allégorie de la ségrégation qu’a subit la population du pays dans lequel mon action se situe, je raconte la tragique histoire subit par un responsable de l’organisation en charge du déplacement d’un camp de réfugiés extra terrestres situé à Johannesburg, extra terrestres arrivé 28 ans plus tôt et rapidement parqué dans un camp à cause de leur sociabilité « particulière » et devenant une sorte de no man’s land insalubre, corrompu et violent.

- Euh… Encore un remake de New York 1997 ?

- J’expose en première intention une gamme impressionnantes de critiques sur toutes les formes possibles de racisme allant de la haine à la simple bêtise.

- Yzont fait un remake de Futur immédiat Los Angeles 1991 ?

- Je mêle ensuite habillement tout les ingrédients nécessaires à un bon film d’action sans jamais sombré dans les poncifs du genre. Me jouant des codes habituels pour mieux les contourner, je ne cède pas à l’influence d’un cinéma américain aux ficelles souvent réductrice.

- Me dites pas que j’ai raté un Carpenter cette année !?!… Pas de Voerhoven non plus…

- Mon casting, pourtant en quasi intégralité inconnu incarne à la perfection les personnages du film, se faisant malgré tout à certains moments volés la vedette par un extraterrestre des plus convaincant malgré la complexité de son aspect.

- AVATAR !!… Ah non, pas sortie encore…

- J’arrives à tenir un rythme d’action effréné quasi continu sur l’intégralité du film sans jamais laissé mon spectateur relâché son étreinte sur le bras de son fauteuil.

- Pas de Mc Tiernan cette année… Trop de qualité pour que ce soit Terminator…

- Mon style, très actuel et « multimédia », empreinte autant les codes du reportage, combinant un nombre impressionnant de source d’image divers – caméra de surveillance, interview – qu’à la dramatisation cinématographique.

- C’est la mer noire ?.. Non c’est pas ce que je voulais dire, je voulais dire « C’est la mer auvergnate? »…

- Appuyé d’une réalisation particulièrement maîtrisé et d’effet spéciaux parfaitement intégré, je suis un film extrêmement percutant malgré la jeunesse et l’inexpérience de ce type de format de mon réalisateur.

- Je suis ?

- Euh…

- JE SUIS ?!

- ….

- DISTRICT NINE* !!

- Dix Stricnine ?

- Et oui District Nine de Neill Blomkamp**, enfin vous l’avez pas vu ?

- Ben non.

- Mais vous m’aviez dit que vous étiez un fan de série B, que vous teniez un magnifique blog avec deux incroyables camarades qui défraye la chronique depuis sa création… Je pensait que vous vous y connaissiez en cinéma de genre moi !!

- Ben, mais vu la description, je suis désolés, mais je pensais que c’était un piège, c’est pas possible qu’un film est tout ça, j’veux dire… je demande à voir… Tiens je prends l’avis du public…

- Je pense que vous vous êtes trompé de plateau, mais vous ne repartez pas les mains vides, regardez ce que vous avait gagné.

- Je peux passer le bonjour à ma femme ?

- Nan…

 

Sylc vous n’avez pas tout perdus car vous pourrez passer vos longues soirées d’hiver avec cette bible du macramé en trois volume qui vous permettra d’épater vos amis avec….

 

*   Nine, pas naïne, oublié pas que c’est Leperse

** Neuhil Bloncamp en aphabet Leperse

 

Cette séquence que vous avez probablement raté car passait inaperçu auprès des moins de soixante cinq ans, fait donc partis d'un de mes plus grands moments de solitude. En effet outre le fait que Julien Leperse semblerait – et je dis bien semblerait – être le dernier des abrutis, il a également la capacité de nous faire croire à chaque fois qu’il donne une réponse qu’il l’a connaît depuis sa plus tendre enfance et surtout que vous êtes le dernier des flans de ne pas le savoir.

Je me suis donc rué avec ma moitié au cinéma - après avoir regarder à nouveau la bande annonce dispo à cette page - pour réparer cette erreur et pouvoir juger sur pièce de l’ineptie qui m’avait été servis et préparer ma plainte auprès du CSA ou du FBI pour falsification de résultat dans une élection de Question pour un champion.

Merde on est en démocratie ou pas ! Je veux mon encyclopédie sur le concombre !!

Et là, horreur, malheur…

Julien disait vrai…

Ce film est une magnifique combinaison de tout ce qu’un blockbuster peut offrir de meilleur. Un fond intéressant avec un vrai discours, une mise en scène efficace et non galvaudé, une esthétique efficace et un scénario « suffisant ». Beaucoup d'action, un peu d'originalité, un traitement intéressant, un poil de gore...

On peut bien entendu lui faire tout un tas de reproches, qui peuvent être assez rapidement tempéré par l’information « c’est un blockbuster ». Etrangement le blockbuster, film a gros budget que tout le monde ira voir, n’est finalement jamais le meilleur des films et même loin de là. On s’attend finalement à un discours foireux voir inexistant, une action effréné sans queue ni tête mais qui va quand même nous accrocher au siège et une réalisation surtout pas original.

Disons que ce film m’a fait un effet très voisin du premier Matrix lorsque je l’avais vu en salle et bien des points l’en rapproche. L’originalité « très » relative qui ne reste qu’une combinaison efficace de ce qui s’est fait d’intéressant durant les dix dernières années, des effets spéciaux très pointus et un style en adéquation avec l’air du temps.

Personnellement je m’étais attendu à un truc beaucoup plus bateau, du genre une invasion extraterrestre ou le héros se retrouve seconder par un alien qui aurait retourner sa veste, et je ne sais dans quel mesure les prémisses de l’adaptation avortée de Halo par Jackson avait influencé cette vision. C'était Blomkamp qui s'était déjà chargé d'un court métrage test pour cette adaptation, regardez:

 Bref, j’était loin de m’attendre à une mécanique scénaristique de cet ordre.

L’originalité, comme je le disais pour Matrix, est toute relative. Les créatures semblent être un rappel  de l'Armiteur d'Halo (pour les gamer) ou un Brundel-Mouche (pour les cinéphile), Half Life également pour les créatures et les armes. L'exo-squelette, je ne sais pas ou il l'ont choppé, mais c'est une des grosses réussites du film (enfin moi j'adore). En tout cas, je ne verrais plus jamais une crevette du même oeil, et si les extraterrestres débarquent, j'investis tout de suite toute mes valeurs sur wiskas...

A noter la prouesse de l'acteur principal, qui réussis a nous faire passer un personnage de l'état de benet finis à véritable héros. Sharlto Copley, avec son accent à couper à la tronçonneuse, regrettera peut être d'avoir signé pour jouer Looping dans l'adaptation cinématographique de L'Agence Tout Risque qui devrait sortir l'année prochaine devant le succès de District 9.

Le scénario est finalement très faible sur certain point, mais le déroulement est suffisamment bien soutenu pour ne pas en être gêné durant le film. C’est plutôt à posteriori que l’on se pose certaines questions.

Allez je suis repartis…

C’est donc la larme à l’œil que je suis sortis du cinéma, ma femme ne comprenant pas quel aspect dramatique du film m’imposait un sentiment aussi puissant, c’est parce qu’elle ne pouvait comprendre que ce qui me torturait ne venait pas du film, mais un douloureux sentiment de contrition qui n’avait rien à voir avec la séance me déchirait les entrailles…

 

 

Julien je t’ai sous-estimé…

Pourras-tu un jour me pardonner…

Allez, sans rancune…

 

 

Je vous invite à matter le court-métrage du même réalisateur qui a finalement engendré District 9 (ou officie déjà Sharlto Copley) : Alive in Joburg


Ahh.. dernière chose, faites moi plaisir, le réalisateur renquille pour une suite si le succès est au rendez vous, alors s'il vous plaît, au cinéma, achetez quatre places, et si vous le prenez en DVD, ben prenez en trois... j'aimerais bien connaître la suite...

Allez en bonus, un autre court métrage de Neill Blomkamp.

 

 

 

Sylc

 

 

De temps en temps, un film sort et il a ce je ne sais quoi de pas comme les autres, ce petit décalage juste comme il faut pour vous emporter avec lui sans jamais vous larguer.

Ce qui est troublant dans Distric 9 c'est a quel point tout semble réaliste. Au début cette impression passe par le fait de montrer des images qui serait issues de caméra tenues par d'autres personnages. A la façon d'un reportage de guerre. Mais même lorsque le réalisateur arrête d'utiliser cette technique, le traitement de l'image est tellement cru qu'on a l'impression que c'est vrai. La mise en scéne semble faite pour ce faire oublier. District 9 n'essaye jamais de nous en mettre plein la vue en nous montrant des plans bien cadré pleins d'effet spéciaux. Et pourtant, ils sont légion les plans à effets. Et  on en a souvent plein la vue, mais voilà, là ou d'autres films nous dirait : Attention, attention.... TATIIIIINNN!! Alors..? Il est pas beau mon effet spécial!!!? Et bien District 9, on a l'impression qu'il veut pas en faire tout un foin. C'est plus du style :  Wouai wouai, c'est un alien, mais c'est pas ça qu'est important, regarde plutôt comment ils le traite ces salauds d'humains. Parceque oui, District 9 est aussi un film qui nous fait nous sentir mal dans nos pompes d'humains. Pourris que nous sommes. Et y'en a pas un pour racheter l'autre. Quand je vous disais que c'était super réaliste...

District 9 est un film comme je les aime, dépayasant, surprenant, divertissant, troublant, rafraîchissant, bon j'arrête avec les adjectif en "ant" mais je pourrai facilement en mettre pas mal d'autres... Ne me provoquait pas!

Son seul défaut serait peut-être, comme je le disais au début, de ne pas assez nous larguer. Ce film est à voir mais peut être pas à revoir...

Alors, qu'est-ce que vous attendez?

Allez-y!

 

Karvak

Publié dans Critiques

Commenter cet article

Waltos 02/10/2009 09:55


Ba ouai c est pas mal, un héro qui n en est pas un, des gambasses,de la matiére,et du talent, voila la recette.
Un peut de sel et poivre peut être.


Furax 01/10/2009 21:12


je vais aller le voir au ciné pour qu'il y ait une suite :)