2012, l'année d'la loose

Publié le par Sylc

C'est en tout cas ce que tente de nous faire croire Roland Emmerich avec son énième film catastrophe (pour ceux qui me dirait que Independance Day n'est pas un film catastrophe, c'est décidément qu'on a pas les mêmes valeurs, c'était réellement une catastrophe, et choisir Chimène Badi pour le géné fin de Le Jour d'après n'était pas mal non plus).




Enfin bon, passé ces quelques a priori qualitatifs, il faut dire que visuellement, on dirait bien que ça me troue le fond de la couche d'ozone.

Vivement 2013...
:)

Publié dans News Diverses

Commenter cet article

Karvak 03/08/2009 00:15

Emmerich heureusement qu'il a fait du cinéma parceque, imaginez un peu ce qu'il aurait pu faire péter "pour de vrai" s'il avait pas eu son exutoire...