Dead End

Publié le par Matosy

Je ne saurais que venter le principe du vidéoclub. La plupart du temps il n'y a jamais ce dont vous avez envi, ou plus souvent, ce qui vous faisez envie, vous l'avez déjà vu, ou quelqu'un est en train de le mater à votre place. Toujours est-il que par un soucis de rentabilité, on attrape toujours un boitier au passage, pour son affiche, pour son titre ou son résumé, en espérant vaguement sans trop y croire que l'un d'eux ne vous aura pas trompé.
Dead End fut pour moi un de ceux là, pas que j'arpente les vidéoclub physiquement, mais il est encore plus facile de cliquer sur un dvd et de le mettre dans votre panier de location virtuel. Au moment ou vous le recevez, vous n'avez alors plus aucun souvenir de l'avoir choisis, un peu comme s'il avait décidé de venir tout seul avec ses p'tites pates. En recevant la galette, le titre ne m'a pas tenter, la pochette non plus, et le résumé encore moins, il a bien faillit faire un retour direct sans passer par la case play. Mais, au détour d'un soir de "je ne sais quoi faire", le dvd a finalement atteris dans mon lecteur.
Ce film franco-américain réalisé par de jeunes inconnus n'a pas grand chose sur le papier pour attirer les foules et les premières secondes font craindre le pire. Une famille va passer le réveillon chez les grands parents, et le père de famille décide de prendre un raccourcis. Il croit apercevoir sur le bord de route une femme en blanc, et là, tout va rapidement partir en sucette.
Voyez, ça fait peur avant même de l'avoir vu. Les histoires de dame blanche au coin du feu ça fait flipper à douze ans... pas que j'ai beaucoup grandis depuis, mais quand même...
Pourtant, malgré le manque de moyen, le casting réduit mais efficace, la photo peut travailler, le film fonctionne admirablement. Pour tout les fans de Creepshow, Des Contes de la Crypte et des bonnes vieilles ficelles éculées des films fantastiques, ce film sera un vrai plaisir. On y retrouve les codes habituels bien maniées, une mécanique connus mais efficacement utilisée. On voyage continuellement entre un  état d'inconfort stressant et un humour second degré qui ne relàche cette étreinte que pour vous reprendre un peu plus loin. Même si, au final, on comprend tout dans le premier quart d'heure, l'évolution parfois hilarante des personnages permet de tenir tout le reste du film.
Bon je vous préviens tout de suite, la fin est "too much", voir totalement foireuse, mais le model sur lequel est calqué le film n'aspire pas vraiment à autre chose, et comme on dit, ce n'est pas l'arrivée qui importe dans un voyage, mais le chemin que l'on a parcourus.
C'est seulement maintenant, en faisant quelques recherches que je me rend compte qu'il a tout de même à son actif une bonne série de récompense.
Il risque d'être un poil difficile à trouver, mais si comme moi vous adorez les contes tout droit sortie de BD horrifique et que vous avez un faible pour les premiers films prometteurs dans la veine de Cube, il serez dommage de passer à côté.

Cela dit, j'aurais juré que la route était assez large pour faire demi-tour...

Sylc

Publié dans Critiques

Commenter cet article

Sylc 06/05/2009 23:54

C'est Glowria mon truc de loc, mais il y en a d'autre. Ma formule, c'est 25 euros pour 3 dvd en même temps avec echange illimité par la poste. Plutôt pratique. aprés, ca marche trés bien pour moi en région parisienne (maxi 4 jours pour envoi/reception, mini 2) c'est peut être plus long en région. Ah, petite précision, la liste des dispos est pas ultime, quand un truc n'est pas dispo, il passe au suivant sur la liste. Mais y a un pool de film que j'arrive pas a avoir, quasi jamais dispo. Sinon ça marche plutôt pas mal.

Furax 06/05/2009 21:24

Donne le nom de ton sytème de location DVD si y'a des films de ce type ça va peut être m'intéresser !!!