Babylon A.D.

Publié le par MaToSy


"Wouha! Un film de Mathieu Kasovitz avec Vin Diesel!
Etant donner que j'aime les deux, je devrais pas être déçu!"
Voilà la meilleur traduction littérale que je peux vous faire de ce qui c'est passé dans ma tête quand, au vidéo club, je me suis retrouvé avec la boite du film dans la main. Malheureusement, dès les premières minutes du film, je me suis rappelé de ce que m'avais dit Sylc : "Vin Diesel n'est pas doublé par son doubleur habituel et du coup, ça fait nul!" Bon, c'est peut-être pas tout à fait ce qu'il m'a dit, mais c'est l'esprit...
J'avoue humblement ne pas regarder les films en VO. C'est probablement parceque je ne suis pas suffisamment à l'aise avec la langue de Shakespeare, mais c'est aussi parce que je n'en éprouve tout simplement pas le besoin. Les doubleurs français sont généralement bien choisis et ils font un remarquable travail d'acteur. Parce qu'il ne faut pas oublier que le jeu d'un comédien repose sur ses expressions physiques et vocales. Un acteur qui ne tourne pas dans la langue de Molière ne nous parviens donc qu'a moitié, puisque nous ne profitons pas de cette importante partie de son jeu relative à sa voix. Les, si populaires, acteurs américains, pour ne citer que cet exemple représentatifs, n'auraient probablement plus le même succès dans l'hexagone s'ils changeaient de doubleur, ou pire, si ce dernier était mauvais. Parcequ'il ne faut pas oublier non plus la tonalité de la voix, son identité. Rappelez vous Harrison Ford dans Star Wars, et l'impression désagréable provoquée par le changement de doubleur sur les scènes de la version longue de l'épisode IV. La voix du doubleur est définitivement liées à l'acteur et à ses personnages. Que serait Bruce Willis sans la voix si caractéristique de son doubleur, ou George Clooney. Et je ne parle même pas d'Eddy Murphy... C'est bien simple, il m'arrive de reconnaître certains acteurs à "leurs" voix avant de reconnaître leur visage. C'est pour dire à quel point je suis sensible à la chose...
Lorsque j'écrivais l'article sur Watchmen, j'ai faillit faire une grosse digression sur l'importance du doublage tellement le choix des doubleurs m'avait paru pertinent. Je voulais profiter de l'occasion pour faire un modeste hommage à ces travailleurs de l'ombre, qui contribuent largement au succès des Stars d'Hollywood dans l'exagone, sans jamais bénéficier de la même reconnaissance. J'ai hésité, puis, je me suis ravisé. Je ne voulais pas vous éloigner de mon seul but du moment : vous donner envie d'aller voir le film. ;-) Ici l'objectif est différent, je profite de Babylon A.D. pour rendre hommage aux doubleurs tout en réglant quelques comptes. Alors revenons au film de Kasovitz.
C'est globalement moyen. Si l'histoire est moins exceptionnelle que l'environnement géographico temporel qui l'encadre. L'esthétique soignée et le jeu des acteurs auraient dû faire basculer la balance du bon côtés. Mais voilà, il a fallu que Vin Diesel soit caricaturalement doublé par une voix qui évoque le "GangstaRap" de banlieue. Adieu la belle voix puissante du gars qui en a autant dans les bras que dans la tête. Les conséquences sur le film sont loin d'être anodines, puisque c'est toute la crédibilité du personnage principal qui en prend un coup. Les mauvaises langues diront qu'étant donné l'ampleur de ses répliques, l'impact ne doit pas être si important. Et bien les mauvaises langues ferait mieux de la tourner 7 fois dans leur bouche avant de dire n'importe quoi. Le fait de parler peu, peut donner un je ne sais quoi de mystérieux à un personnage. Peut-être est-il torturé par un lourd passé? Ou bien est-il en train d'élaborer un plan complexe? Ou encore, est-il en proie à un conflit moral interne sur les choix qu'il doit prendre? Toutes ces questions qu'un personnage qui semble à moitier abruti ne se pose probablement pas... Dans Babylon A.D. j'ai vécu les interventions verbale de Vin Diesel comme autant d'atteintes à la cohérence de son personnage. Quand aprés quelques minutes de silence m'ayant permis de lui retouver une certaine crédibilité il finissait par ouvrir la bouche, tout s'écroulait... Le pire c'est que sur le DVD que j'avais loué, il n'y avait pas la VO.
Il n'en reste pas moins que Babylon A.D. est film qui mérite d'être vu. Mais peut-être plus en VO qu'en VF...

Bon films

Karvak

Babylon A.D. 20 Août 2008
Réalisé par Mathieu Kasovitz
avec Vin Diesel, Michelle Yeoh et Mélanie Thierry


Publié dans Critiques

Commenter cet article

lulu 28/04/2009 23:09

Je l'ai en VO et d'un coup, on se détend, le perso est crédible. Le film est pas mal en fait...

Sylc 29/04/2009 02:37


Et bien étant le dernier chiot de la portée qui ne l'ai pas vu, je tenterais les deux versions quand il me passera sous la main et j'ajouterais mon petit post. Merci de l'info.


Waltos 24/04/2009 23:15

Ba pareil pour moi je n ai pas vu le film a cause de se doublage de merde qui fouette la banlieue et le rap gravos. Je n ai pas reussi a le trouver en VO.
Merci Mathieu et ses amis du 9 3.
Et pourtant le livre est vraiment bien, dommage.

Furax 14/04/2009 19:25

Un dvd même pas en VO c'est les boules ça !

Sinon les cas vous inquiétez pas l'explication est toute simple 1) Karvak et un gros Mitho et 2) Sylc la mauvaise foi incarné et 3) votre mémoire vous joue des tours donc forcément ^^

J'attendrai la version de Mozinor pour le voir lol

PS: Sylc pas trop intoxiqué par les crêpes Bretonnes ? j'espère que tu m'as pas ramené un cadeau médaille d'or du concours lépine style Bière brassé à l'eau de mer :)

Karvak en mode je ne ment jamais! 11/04/2009 09:12

Je crois pourtant bien me rappeler que c'étais toi qui m'avais dit ça... J'ai même l'expression exact en mémoire. Et c'est seulement la descence qui me force à ne pas la reporter ici.
Mais bon je peux me tromper ou peut-être suis-je réellement un gros mitho...

Sylc en mode chouchen 11/04/2009 01:44

Raaaahh, mais quel pipoteur ce Karvak, j'ai rien dit sur la voix de Vin Gasoil, j'ai pas vu le film. M'enfin je comprends l'idée. Grand fervent de la VO, pour toutes les raisons précités, ce défaut ne m'aurait pas effleuré mais peut être d'autres. Pour mes a priori sur le flim, je dirais que Kasovitz est un "bon" réalisateur qui se prend pour un "excellent" réalisateur, à cause du carton de "La Haine" peut être. Pour vin Diesel, je l'adore dans le trip gros boeuf de seconde degré, ou dans Pitch Black. Maintenant, de là à avoir la carrure pour des choses sérieuses, je suis dubitatif. Du coup, en plus de la lecture de ton article je suis encore plus refroidis pour le voir.
OUUAAAAIIII!!! Je suis un vrai critique, je parle de choses que je n'ai même pas vu!!!!!
Je peux avoir mon chèque, dites?