Bilan de la dernière semaine de février et un peu plus...

Publié le par MaToSy

Arnaques, Crimes & Botanique
28 Octobre 1998
Réalisé par Guy Ritchie
Avec Jason Flemyng, Nick Moran et Jason Statham.


C'est l'histoire de plusieurs histoires qui se croisent et se recroisent. Le scénario est énorme, c'est drôle, les personnages sont nombreux mais bien développés. Du grand Guy Ritchie quoi!
Un poil en dessous de SNATCH mais bon, quelle référence...
Karvak  

En effet, un excellent film à voir pour ceux qui l'aurait raté, péchu, décadent, jouissif, avec des personnages et des acteurs excellent, un vrai bonne préparation à Snatch en effet.

Sylc






L'Etrange histoire de Benjamin Button
04 Février 2009
Réalisé par David Fincher
Avec Brad Pitt, Cate Blanchett et Julia Ormond.


Ce film j'ai été le voir au cinéma par défaut, parce que c'étais "le moins pire" ce jour là. Je suis très loin d'avoir été déçu...
Film magnifique sur la tolérance et la différence, aussi intriguant qu'émouvant, Benjamin Button m'a fait verser plusieurs fois des larmes quand mon estomac m'en pouvait plus d'être noué. Ce film nous montre ce lien insupportable que la vie entretiens avec la mort mais qui permet aussi de lui donner son sens. 
Karvak








Hellboy II - Les légions d'or maudites
29 Octobre 2008
Réalisé par Guillermo Del Toro
Avec Ron Perlman, Selma Blair et Luke Goss.


Moi qui n'avais pas été pleinement convaincu par le premier, principalement à cause des répliques du "bébé de l'enfer" et de sa "nounou" du FBI, me voilà tout heureux de voir ces deux problèmes résolu dans cet opus. Les dialogues et les vans sont mieux sentis et le personnage foireux n'est pas visible ne serait-ce qu'une demie seconde. L'univers visuel reste quand à lui fabuleusement beau et original. L'histoire est très sympa avec ces "méchants" que l'on cautionnerai presque. Que du bon quoi!
Karvak







Infernal Affairs
01 Septembre 2004
Réalisé par Andrew Lau et Alan Mak
Avec Tony Leung Chiu Wai et Andy Lau.

J'avais vu "Les Infiltrés" de Scorsese avant de savoir que le vilain ricain avait repompé le scénario aux Hong-Kongais. Souvent quand on regarde le remake avant l'oeuvre originale, on se dit que le remake est quand même mieux. Alors que les spectateurs ayant respecter la chronologie des sorties ne jure que par l'original. Cela parait normal que le "copieur" prenne le bon et le magnifie. De plus souvent, il a beaucoup plus de moyen. Et bien croyait moi sur parole, je préfère de loin "Infernal Affairs" à son remake. Le jeu des acteurs est formidable, les situations sont plus poignante, le traitement est plus réaliste. Bref regardez le et on en reparle. :-)
Karvak





Into the Wild
09 janvier 2008
Réalisé par Sean Penn
Avec Emile Hirsch, Marcia Gay Harden et William Hurt.


Attention film culte et tiré d'une histoire vrai de surcroît. Into the Wild nous entraine dans les réflexions d'un jeune homme sur l'essentiel. Abandonnant tous ce qui le lie à son passé, Christopher décide de partir à la recherche de lui même. Son voyage pour arriver en Alaska et les rencontre qu'il fait en chemin lui permettant d'évoluer dans ce sens. Into the Wild parviens à nous toucher au plus profond de nous même (sans jeux de mots foireux s'il vous plais) et chose assez rare au cinéma, il nous fait réfléchir sur nous même.
Karvak

Excellent film en effet, mais pour ma part, le constat n'est pas aussi rose. Le film culte, c'est celui que l'on cite en référence pour moult raisons, cinématographiques ou non, et pour moi celui -ci ne sort pas du lot des "bons films". L'aspect trop contemplatif à mon goût et la réalisation un peu mollassonne qui en découle n'appuie pas vraiment un discours qui m'apparaît en définitive plutôt mièvre et ce malgré l'appui de la relative réalité des faits. Si vous n'avez pas vu le film, sautait la fin de ce commentaire. La quête du personnage apparaît comme parfaitement inutile, tout autant que sa mort. Il passe son temps à fuir la seule chose qui finalement se révèle importante à ses yeux. Il cherche désespérément son identité dans la désociabilisation pour se rendre compte trop tard que c'est le fait de partager sa personne qui fait que l'on est soit. Du coup, j'en suis venu à me poser la question de l'intérêt du film, au delà de ses qualités filmiques, car je ne vois pas très bien dans quel sens tiré le message qui en ressort. Il ne reste au moins que c'est un bon film qu'il serait dommage de rater.

Sylc

Le premier jour du reste de ta vie
23 Juillet 2008
Réalisé par Rémi Bezançon
Avec Jacques Gamblin, Zabou Breitman et Béborah François.


J'ai la chance d'avoir vu ce film au cinéma sans savoir du tout à quoi je devais m'attendre, et franchement, peut de film ont eu un tel impact sur moi. Le premier jour du reste de ta vie est un film qui transforme ses spectateurs. Vous êtes différents en sortant qu'en entrant pour le voir. Cette histoire de famille est tellement proche de nous que cela en est troublant. Alors, ne comptez pas sur moi pour vous en dire plus, le DVD est sorti alors regardez le. Regardez le vite. 
Karvak








Resident Evil - Degeneration
Produit en 2008 direct en DVD
Réalisé par Makoto Kamiya
Avec Léon Kennedy et Claire Redfield.


Ce film d'animation reprend deux des personnages les plus populaires de la série des jeux vidéo pour les mettre une nouvelle fois dans une situation délicate. Resident Evil - Degeneration a l'avantage énorme d'être fidéle a sa source d'inspiration. Ce qui était loin d'être le cas des films avec Milla Jovovich.
En résumé, si comme moi vous avez aimé les scénes cinématics des jeux Resident Evil, vous n'allez pas être déçu.
Karvak







John Rambo
06 Février 2008
Réalisé par Sylvester Stallone
Avec Sylvester Stallone, Julie Benz et Matthew Marsden.


Il y a des films dont l'annonce de la réalisation vous fait sauter de joie. Il y a des films qu'on attend impatiemment pendant des mois. Et Il y a des films dont l'annonce sonne plutôt comme une mauvaise blague...
Je n'aurai pas été voir John Rambo au cinéma. Ou alors saoul et avec des potes. Mais au bout de plusieurs semaines à passer devans au vidéo club, je me suis laissé tenter. Et je me doit donc de rendre justice à ce film. Ce film qui fini parfaitement la "saga" et n'a aucune prétention qu'il ne tiens pas.
Le scénario est plosible, les situations sont crédible. Certaines scènes sont très dur, mais dans l'esprit d'"Il faut sauver le soldat Ryan", on trouve ce côtés cru et dénonciateur de l'horreur de la guerre. Je n'irai pas jusqu'à dire que c'est un film militant mais il y a de ça quand même.
Karvak

Et oui, en effet, personne n'y croyais vraiment quand j'ai envoyé tout le monde vers la bande annonce du film (rapidemment censurée)il y a de cela plus d'un an. Pourtant, malgré une énorme crainte, j'avais étrangement confiance. Allez savoir pourquoi? Peut être simplement parce que, même si a posteriori le 2 et le 3 ressemblent à de beaux nanards (alors pas le 1, qui a un côté pathétique et réaliste qui fait que je le tiens toujours en haute estime), chacun des épisodes, au moment de sa sortie, était une véritable réussite. Comme le disait Karvak, ce dernier revient à des considérations plus réalistes et je dirais franchement (et maladroitement) militante. L'action est cru, à la limite du gore et parfois d'une intensité assez déconcertante. Le film, a la limite du moyen métrage, ne tente pas de vous enrober dans un discours pompeux à la réalisation stylisé. Le discours est simple, le message est simple et ç'est efficace. Notons que Stallone, qui réalise et qui court entre les balles (trés impressionnant pour son âge au passage) était tenu par contrat à réaliser les fins de ses deux séries cultes, et que, par ses choix "non hollywoodiens", c'est vu couper des fonds importants pour la réalisation de John rambo. L'homme n'ayant pas cédé à l'appel de la monnaie, a payé de sa personne, au sens propre et au figuré, pour pouvoir mener le projet à bien (ce qui malheureusement ce sent un peu sur les effets spéciaux et parfois la qualité de l'image). Un film a ne vraiment pas rater  qui malheureusement, semble ne pas être la fin de la série... Il semblerait que Stallone pour pouvoir monter un projet maudit qu'il traine depuis des décennies (une adaptation de la vie d'Edgard Allan Poe avec Viggo Mortensen, vous le croyez ça?) rempil dans un nouvel épisode devant le carton relatif du dernier (faible coût de production 50m$, et bonne exploitation au final 113m$)... Sera-t'on surpris une deuxième fois.

Sylc



Rocky Balboa
24 Janvier 2007
Réaliser par Sylvester Stallone
Avec Sylvester Stallone, Geraldine Hughes et Milo Ventimiglia.


Alors, au départ, le constat est le même que pour John Rambo. Je voulais pas le voir. Non mais franchement. En plus, le fait de faire les deux éniémes suites dans un temps si rapproché... Il y avait quelque chose de pathétique.
Mais voilà encore une fois je me suis planté. Rocky Balboa est un trés bon film. Stalone, en boxeur vieillissant, allant de table en table dans son restaurant pour raconter ses exploits passé est particulièrement touchant. Rocky Balboa est centré sur son personnage principal, et ça marche. On se prend à retrouver l'émotion des premiers épisodes avec le côté humain en plus. Une réussite.
Karvak

Je serais plus court cette fois. Comme pour John Rambo, ce film cloture parfaitement la série (enfin devrait). On sent dans ces deux films une sorte de retour sur carrière, encore plus flagrant pour Rocky, le premier grand film de Stallone. De la même manière, le film est simple et efficace (évidemment et heureusement bien plus nuancé que rambo) et reprend habilemet la sauce qui a fait la réussite du premier, comme si le film voulait nous montrer que l'on peut appliquer de vieux preceptes à de nouvelles époques, pour peu qu'ils en vaillent la peine. On en était venus à oublier derrière des muscles gonflés aux anabolisants que Stallone était dés ses débuts déjà réalisateur et scénariste, et même si la réalisation et le discours restent simple, ils n'en sont pas moins intéressant et réussis.

Sylc

 

Shoot'Em Up

19 Septembre 2007

Réalisé par Michael Davis
Avec Clive Owen, Monica Bellucci et Paul Giamatti.


Ce film est un OVNI. Une singularité. Une faille dans le continium espace temps. Je m'attendais à voir un film d'action bébéte bien fait avec un Clive Owen qui saute partout comme un Jason Statham. Et qu'est-ce que je vois? Un Clive Owen qui saute partout comme un Jason Statham mais avec un côté second degrés, voir même 5 ou 6, en plus.
Imaginez une femme acouchant pendant une fusillade. Coupage de cordon à la bastos. Ou encore une scéne de sexe pendant une fusillade. C'est léger, c'est frais, c'est complétement barré, c'est génial quoi!
Karvak

Je n'aurais pas dit "léger", mais si vous aimez les films survitaminés, inventifs, inspirés autant de la BD que du cinéma, alors sauté dessus. Un film immancable, je vote pour son envois immédiat dans la DVDthèque idéal.

Sylc

Publié dans La semaine de MaToSy

Commenter cet article

Karvak 08/03/2009 01:47

Into The Wild

Ce petit post juste pour rebondir sur ton commentaire Sylc.
Alors là c'est pareil si vous avez pas vu le film le mieux c'est de le voir :-) mais surtout de ne pas lire ce qui suis avant.

Donc, pour moi, la quête du personnage n'est justement pas inutile puisqu'il a besoin de s'éloigner des autres pour prendre conscience de la chose la plus importante pour lui. Le partage avec les autres.
Et c'est dans le fait qu'il passe son temps à fuir "la seule chose qui finalement se révèle importante à ses yeux" qu'est toute l'ironie du film. Il avait malheureusement besoin de se confronter à ses limites pour le comprendre.
Ce film présente aussi l'intêret de ne pas faire l'apologie de la nature. Le personnage ne s'enrichie pas uniquement de ses aventures solitaires mais bien aussi des rencontres qu'il va faire en chemin. Et la nature n'est pas présentée comme une entité bienveillante qui pourvoit à tout ces besoins mais bien comme, changeante et étrangère à toute concidération humaine.
Le cheminement du héro place le mental au dessus du physique. Pendant tout le film, le corps est "maltraité" pour le bien de l'esprit. On a l'ilusion que l'esprit peut transcender le corps. Mais la fin nous raméne durement à la réalité. A l'impartialité de la nature et aux limites de l'esprit.
Pour moi ce film est culte tout simplement parce qu'il nous chamboule et nous fait réfléchir sur cette partie de nous que nous devrons, un jour ou l'autre, aller chercher au fond de l'Alaska. Ce film fait donc parler mais peut-être plus avec soit même qu'avec les autres...