Fête nationale du Zombie, un matin de taff....

Publié le par Sylc, qui pense sérieusement à une rétro du Zombi

Quelle ne fut pas ma surprise il y a de cela quelques mois de voir dans mon planning un titre qui me fit frétiller du cortex.
J'avais la chance de devoir bosser sur un de mes films cultes et d'apporter ma petite contribution à une probable future édition DVD prestige de "Day of the Dead". Ne l'ayant de plus jamais vu en VO, n'ayant jusqu'alors pas obtenu ma copie Zone1 (seul copie avec une source à la couleur potable), j'allais donc chercher ma bande de travail tout plein d'entrain (et non pas comme parfois à coups de pompes dans le train).
C'est la cassette une fois dans la main que je me mis à faire une expression perplexe.

Copyright 2008....
Mais qu'est ce que c'est que cette histoire, Le jour des morts-vivants date de 1986. C'est en enfournant la cassette dans le lecteur que je me rappelais alors une news lus dans un Mad Movies spécial Romero datant de deux ans qu'un remake avait été mis en branle.

La crainte m'étreint alors et je commence à me demander si finalement, je n'aurais pas du passer mon chemin et refiler le programme à quelqu'un d'autre. Et puis aprés tout, me dis-je, L'armée des morts de Snyder, remake de Zombie, bien que plus fade d'un point de vue discours, tenait franchement la route autant au niveau du rythme que de l'esthétique (manque quand même une scène d'orgie de zombi comme il se doit dans ce genre de film, mais bon). Aprés quelques minutes de préparation, ma mémoire endormie (disons qu'il est quand même 6h45, ça excuse) me rappel que j'avait effacé l'info de mon esprit, car, plusieurs mois auparavant, j'avais loué Le Jour des morts-vivants 2, un vrai nanard avec deux ou trois bonnes idées, se targuant d'être la préquelle de la nuit des morts vivants, ou l'on apprend que finalement, la contamination morbide à pour origine la découverte d'un objet extraterrestre détenu dans une base de l'armée et qui contamine un groupe de malade dans un hôpital psychiatrique. Mon cerveau ayant fusionné les deux projets, je ne m'attendait pas à la sortie d'un remake du dit film. Avec une certaine joie, je prend connaissance dans le générique du réalisateur.
Steve Miner. Contrairement à certain, je me dis que j'ai peut être une chance de trouver une perle. Grand fan de film de genre devant l'éternelle, je me rappel mes belles heures devant Le tueur du vendredi et Meurtres en trois dimensions (vendredi 13 deux et trois si vous préférez), Warlock et enfin House (un de mes classiques). Je n'avais aucune idée de ce que l'homme avait fait depuis, et j'aurais eut encore un espoir en voyant quelques uns de ses forfaits (Lake placid et Halloween 20 ans aprés, qui, en faisant abstraction de l'hérédité d'halloween, reste deux films à mon goût tout à fait acceptable). Je n'avais pas vu que durant ces 20 dernières années, le monsieur avait surtout bosser dans la série TV, de Dawson à Texas ranger.

Dés les premières minutes, on se rends compte du manque d'intelligence dans la mise en scène, qui tente désespérément de cacher de mauvais composit d'images qui devrait faire oublier que le film est tourné dans un pays de l'est est pas dans une ville américaine.
Boarf, allez, laissons lui une chance, le scénario pourrait être sympathique...
Mais non. Le scénario d'origine de Romero aurait du être un film de guerre avec des zombies, une sorte de soldat Ryan du genre, mais faute de moyen, il a retravaillé son film sur une autre optique.
Aurons nous droit à cette approche originel?
Meuh non, on constate passé le premier quart d'heure que le film n'a rien à voir avec celui dont il vole le nom. J'en suis arrivé au point ou je me demande si Miner a vue l'original, plutôt que de passer son temps à jouer à Resident Evil. A part l'évocation de certain personnage qui porte des noms similaires à l'original (Ving Rhames en Roddes, ce qui aurait eut un intéret si l'un des personnages principaux du film original ne se transforme pas en figurant), et d'un Bub parfaitement ridicule, on est à des kilomêtres du film de Romero.
L'idée de Romero, c'est un groupe de survivants, composé de militaires et de scientifiques civiles bloqués dans une base souterraine avec un vivier de zombie pour les expériences, et qui commence à se demander s'il ne sont pas les derniers habitants de la planette. Mettez là dessus un savant excentrique qui s'extasie devant un zombie "censé" et un chef militaire sur les nerfs et vous obtenez un cocktail détonnant vous permettant d'obtenir un sentiment de claustrophobie efficace et des FX suffisamment convaincant pour voir d'un autre oeil le prochain bol de tripes que vous allez manger.
L'idée (l'absence d'idée) de Miner, c'est le début d'une contamination zombique (je sais que ça n'existe pas merci) par une expérience d'arme militaire qui part en sucette, avec au milieu, un groupe de survivant qui tente de s'en sortir, évitant le vomi contaminant, accompagné par un zombi végétarien avec un final dans une base souterraine à combattre un super zombi...
Ah si, en fait, l'idée du zombi végétarien est originale, c'est vrai, probablement simplement parce que personne n'aurait osé pondre un truc pareil, et je en m'étendrait pas sur l'idée des zombis qui craignent autant le feu que des vampires, explosant en morceaux à l'approche d'un zippo (j'exagère un peu).
Nous sommes donc dans du "Resident Evil like" (j'aime le film et les jeux au point d'avoir débloqué tout les succés de resident 2, même le Toffu géant) ou dans du 28 jours plus tard... en raté s'entend.
Malgré une image assez flatteuse, la réalisation est sans intentions, les FX sont à peine acceptable à notre époque et le scénario minable.
Amis, passez votre chemin, il n'y a sur ce programe rien pour vous, rien qu'une relecture par un analphabète d'un excellent film qu'il ne serait pas bon d'oublier.
Je ne peux que vous conseiller de revoir l'orignal, d'éviter comme la peste la copie européenne si vous le pouvez, vendu à 2.50 euros en 4/3 avec une couleur verte/bleue irrespectueuse et d'y préférer l'édition collector USA, dans un magnifique paquet carton avec un dvd de bonus, le carnet du professeur Frankenstein et une image magnifiquement rendu dans son format originale.


J'en viens à me demander si "Le jour des morts vivants 2: Contagium", n'est pas préférable à ce remake, qui, au moins, n'essaie pas de vous faire prendre des vessies pour des lanternes.
Finalement, peut être que Miner à fait un remake du 2, peut être qu'à son vidéo club, ils avaient inversés les pochettes.

Même bub fait la gueule du coup...


Mais il y a une justice, cet article dont j'ai retardé la sortie pour des questions de droits, le film n'étant pas encore sortis en salle, ne vous empéchera pas d'aller le voir au cinéma, tout simplement parce que depuis il est deviennus un "direct to dvd", le film n'ayant aucune chance d'une exploitation potable en salle.

C'est finit, vous pouvez vous réveiller!!!


Le Jour des morts-vivants (Day of the Dead) - 1986

Georges A. Romero

 

Le jour des morts-vivants 2 : Contagium

Ana clavell / James Glen Dudelson

 

Day of The dead - 2008

Steve "Romerdo" Miner


Publié dans Critiques

Commenter cet article

Furax 09/04/2009 20:21

Cool l'article alors comme ça on me pique mes nanards !!! bon OK c'était professionnel alors ça va mais ne recommence pas ^^

Pourquoi tu parles pas de la nuit des morts vivants au fait ? Parce que c'est du jour des morts vivants dont il est question... OK OK

Mais ça serait qu'en même bien d'en parler de ce film ... c'est qu'en même génial quand tu regardes l'époque et le contenu, et en plus j'adore la fin ce qui est super rare pour un film !!!

Et pour les tripes même l'armagedon ne m'empêchera pas d'en manger !!!

Moi je pense que je le matterai rien que pour le zombie végétarien :)

Sylc 10/04/2009 00:31


Comme je précise dans la signature, Sylc qui pense sérieusement à une rétro du zombi.
;)


Karvak 09/04/2009 09:11

C'est clair que ça m'a plus donné envie de revoir Warlock ou House que de tenter cette bouse.
Merci Sylc de nous guider sur la voie des morts.
;-)